L’économie circulaire : un concept dont il importe de maîtriser les potentiels

Publié le 12 avril 2018, par Dorval, Yves-Thomas

Véritable voie de l’avenir pour accélérer notre transition vers une économie plus verte, l’économie circulaire est un concept encore relativement peu connu en Amérique du Nord qui consiste à optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service.

Les nouvelles attentes des consommateurs, conjuguées aux efforts planétaires de réduction des impacts de l’activité humaine, justifient pleinement que l’on s’intéresse à de nouveaux modèles tels que l’économie circulaire, qui nous rendent plus efficaces et productifs, tout en réduisant les coûts sociaux et environnementaux. Afin de commencer à pouvoir évaluer les applications et les opportunités de l’économie circulaire pour différents secteurs, le Conseil du patronat du Québec (CPQ), en partenariat avec le Conseil Patronal de l’Environnement du Québec (CPEQ) et Éco Entreprise Québec (ÉEQ), ont confié à une équipe d’experts issus de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (I-EDDEC) et du Groupe de recherche en Gestion et mondialisation de la technologie (GMT) de Polytechnique Montréal le mandat de mener une première réflexion sur la base des connaissances existantes, pour identifier les leviers et les freins politiques à sa mise en œuvre.

 

Retombées, freins et leviers

L’économie circulaire permettrait de réduire l’impact environnemental, mais également d’obtenir des gains de productivité, d’efficacité et de rentabilité, en plus de stimuler la recherche d’innovation et de disposer d’un fort potentiel entrepreneurial. Dans le cadre de cette transformation, de nombreuses occasions d’affaires s’offrent aux entreprises et nous avons tout à gagner à améliorer notre compréhension de ce concept et de ces retombées, ainsi que de développer les outils permettant d’identifier les secteurs et les flux de matières à potentiel de débouchés commerciaux.

Cinq stratégies différentes de l’économie circulaire sont d’ailleurs déjà en place au Québec : le recyclage, le réusinage et le reconditionnement, l’économie de fonctionnalité, la symbiose industrielle et l’économie collaborative.

 

Des pistes pour accroître le recours à l’économie circulaire

Diverses stratégies, mécanismes et outils peuvent être adoptés pour reconnaître et stimuler les secteurs et les procédés à fort potentiel d’implantation de l’économie circulaire. Pour ce faire, il est toutefois primordial que les différents paliers de gouvernement mettent en place des conditions règlementaires facilitantes et des mesures fiscales et financières susceptibles d’accompagner les entreprises et les institutions dans leurs démarches. Parallèlement, l’économie circulaire étant une approche récente, il est évidemment nécessaire d’approfondir nos connaissances scientifiques du domaine.

Au cours des prochains mois, nous nous investirons, avec nos partenaires, à mieux faire connaître les potentiels de l’économie circulaire pour le Québec et inviterons les différents gouvernements à poursuivre leurs travaux en faveur de sa plus large émergence et à stimuler les investissements publics et privés.

Pour lire notre étude sur l’économie circulaire, cliquez ici!

Haut de page